Posts Tagged ‘western

15
Déc
13

Faillir être flingué

Un roman de Céline Minard.

noté 3 sur 4

Chose étonnante dans la rentrée littéraire 2013 : un western ! Ça tombe bien, Federico adore l’harmonica.

Au début, c’est un peu confus pour notre ami lapin : il y a quatre hommes seuls qui errent dans la nature désertique du far west. Federico a eu du mal à retenir qui était qui : qui a des sacoches remplies de billets de banque, qui a volé le cheval de l’autre, qui joue aux cartes avec untel, qui est dans la grotte, qui se bat contre les bandits, qui fait copain-copain avec les indiens, etc. Il y a Elie, Zébulon, Bird Boisvert, Gifford… Au moins, Brad, Jeffrey et Josh, on les repère facilement car se sont ceux qui se baladent dans une carriole tirée par des bœufs ; quant à Arcadia Craig, c’est une contrebassiste, et Xiao Niù, une petite chinoise qui parle aux coyotes. Sous l’œil bienveillant de la jeune chamane Eau-qui-court-sur-la-plaine, aussi appelée « la femme sans peuple », ils finissent tous par arriver l’un après l’autre dans cette ville qui prend progressivement forme. Il y a déjà un barbier (qui sert de chirurgien lorsqu’il le faut), un boucher, un éleveur de mouton qui loue également des lits, et, le plus important, un saloon ! Tous ces personnages sont à la recherche d’un endroit où s’installer (et accessoirement, s’enrichir) à l’heure de la conquête américaine, en quête de liberté et d’un avenir radieux…

© Rivages, 2013Tous les ingrédients du western y sont : les indiens (avec chamanisme, troc, scalp et danse autour du feu), les bandits (avec attaque de diligence et repaire dans la montagne), les chasseurs de prime (avec traque, sentinelles sur les toits et duels dans la rue principale), le saloon (avec tenancière sexy qui fume la pipe, prostituées, poker, portes battantes et whisky), des chinois (qui ouvrent une blanchisserie), des cow-boys (qui essaient de revendre des vaches pas nettes). Bref, tout ce qu’il faut, comme dans Lucky Luke et les films de John Ford.

Peut-être que le hic de la lecture est là : le roman ratisse large. Trop large ? Mais heureusement, le style lyrique de Cécile Minard camoufle tous ces clichés, ce qui ne fait pas de son texte un script pour le cinéma. En effet, plus qu’un roman d’aventures, c’est aussi une petite plongée dans l’intimité des personnages qui ne sont pas élevés au rang de héros à la John Wayne ou Clint Eastwood.

Malgré le début un peu laborieux, ce fut donc une lecture fort sympathique, mais pas aussi enthousiasmante et originale du point de vue western que l’épatant True Grit, de Charles Portis. Et oué, même si on est pris parfois par l’action, on ne tremble pas de peur pour les personnages de Faillir être flingué, comme c’est le cas pour Mattie Ross dans True Grit. Car au final, pas de stress pour l’avenir radieux tant attendu.

Faillir être flingué, Céline Minard, Payot-Rivages, 2013, 326 pages

Publicités
06
Août
13

La veuve

Un roman de Gil Adamson

noté 2 sur 4

Bon, on ne va pas se mentir, Federico n’a pas été autant emballé qu’il l’aurait voulu par ce roman. Pourtant, ce western au féminin ne manque pas d’action et de grands espaces propices à séduire notre ami lapin. ©

Le roman démarre sur des chapeaux de roues et jette le lecteur sur les pas de Mary Boulton qui fuit ses deux affreux beaux frères. À 19 ans, elle a déjà tout perdu : elle vient de tuer son mari et les deux zozos qui lui courent après sont bien décidés à ne pas lui faire de cadeau. Désespérée, en proie à la folie, Mary n’a nulle part où aller. Alors elle court vers les montagnes, à l’ouest, là où la suivre deviendra plus difficile. Dès ce moment, le rythme du livre ne va pas faiblir. Et pourtant Federico, même s’il a apprécié sa lecture, aurait aimé ressentir plus fortement les sensations qui traversent ce livre puissant. Heureusement, la dernière partie du livre à fait remonter l’estime de notre ami lapin : fracassante – dans tous les sens du terme – elle est à l’image de cette veuve, incroyablement culottée et imprévisible.

Folle, Mary Boulton l’est certainement un peu. Mais on découvre bien vite que c’est ce qui va la sauver au cours de cette incroyable épopée. L’auteur ne cherche pas plus que ça à justifier le crime de la veuve, d’apitoyer le lecteur sur son sort. C’est inutile car, même si objectivement Mary Coulson mérite la pendaison, subjectivement, elle est trop badass. Du coup, on a qu’une envie : la laisser s’enfuir. Chut, on a rien vu. Au cours de ses aventures, elle va rencontrer des personnages dignes des westerns les plus timbrés. De l’ermite génial à l’indien taciturne en passant par le pasteur-boxeur, l’auteur nous régale d’une galerie de héros qui mériteraient eux aussi leur livre.

Qu’a-t-il manqué à la première partie de ce livre pour que Federico l’apprécie totalement ? Difficile à dire. Peut-être un quelque chose dans l’écriture qui nous ferait ressentir plus viscéralement les émotions de cette héroïne complexe ?

Gil Adamson, La veuve, 10-18, mai 2011, 432 p.




pause carotte
Pause carotte