Archives de juillet 2010

18
Juil
10

Le jeu qu’on court de l’été

Vous avez envie de gagner de super lots ? De partir en voyage au bout du monde ?

Ben mettez vous au loto. Si Federico avait les moyens de vous offrir des cadeaux ça se saurait !

Le petit jeu que vous propose Federico est de deviner le contenu d’un livre sur seule présentation de la couverture. En effet, en voyant la couverture ci-dessous, Federico s’est imaginé un livre à des lieues de ce qu’il est réellement ! À Vous maintenant de faire marcher votre imagination et de pondre le résumé que vous inspire cette couverture. On verra dans quelques temps si vous êtes plus doués que notre ami lapin. Ce sera également l’occasion pour lui de disserter sur le rôle des premières de couverture dans ses lectures.

Voici l’objet du délit, et ne trichez pas s’il vous plait :

18
Juil
10

Les Penderwick : l’été de quatre sœurs, de deux lapins et d’un garçon très intéressant

Un roman de Jeanne Birdsall

Federico se plait à penser qu’il n’y a pas d’âge pour un bon bouquin. Et ce n’est pas sa dernière lecture qui va le contredire. En effet, si Les Penderwick est un roman destiné aux enfants (on peut le savourer dès 10 ans), aucun adulte ne peut résister à la famille qui donne son nom au livre de Jeanne Birdsall.

C’est une histoire de vacances, les vacances de quatre filles âgées de 12 à 4 ans et de leur papa. Alors que la maison qu’ils louent habituellement s’avère indisponible, la famille se rabat sur la propriété d’Arundel (l’histoire se passe aux États-Unis, pas aux Sables d’Olonne). À leur arrivée ils découvrent que leur maison de vacances est cachée derrière une immense demeure habitée par une femme réputée hautaine et froide. C’est donc parti pour trois semaines de rigolades, de bêtises et d’émotions. C’est surtout parti pour trois semaines de surprises, car les Penderwick ne s’attendaient pas à se lier d’amitié avec Lucas, le fils de la propriétaire ni aux événements que ça allait déclencher !

Dans ce roman, les sœurs Penderwick ne vont pas découvrir un monde imaginaire, apprendre la magie ou se faire agresser par des vampires. Elles vont se contenter de jouer au foot, d’écrire des romans, de faire cramer des gâteaux, d’énerver un taureau, d’entrer dans la maison de la voisine par la fenêtre, etc. Un tas de petites transgressions qui font délicieusement sourire parce que ce n’est jamais bien méchant et que c’était souvent pour la bonne cause (selon les points de vue, évidemment). Et puis comment résister à ces quatre fillettes qui savent se montrer sages et espiègles mais qui sont toujours prêtes à défendre leurs amis contre les injustices.

Le roman de Jeanne Birdsale peut être qualifié de génial rien que pour avoir offert à Federico un vrai moment de vacances chez les humains. Il s’est instantanément attaché aux personnages et a partagé avec délices les pensées des sœurs Penderwick. Mention spéciale à Linotte, la petite dernière de 4 ans qui est archi craquante quand elle converse avec le chien Crapule ou qu’elle rend visite aux lapins du jardinier. Comment résister ?

Jeanne Birdsall, Les Penderwick : l’été de quatre sœurs, de deux lapins et d’un garçon très intéressant, Pocket Jeunesse, 2009, 251 p.

14,50 €




pause carotte
Pause carotte