23
Août
11

Miss Charity

Un roman jeunesse de Marie-Aude Murail

Federico a adoré lire Miss Charity. Pour preuve, deux après midi lui ont suffit pour dévorer ce roman de 560 pages.

Comment expliquer un tel phénomène ? D’où provient l’enthousiasme débordant ressenti par notre ami lapin ? Pourquoi Federico a-t-il été incapable d’interrompre sa lecture ?

Conscient que ces questions vous empêchent de vivre sereinement, Federico va vous expliquer pourquoi Miss Charity est un roman jeunesse génial.

Parce que…

Parce que Marie-Aude Murail s’est inspirée des 25 premières années de la vie de Béatrix Potter pour écrire cette fausse autobiographie de Miss Charity Tiddler. D’où un personnage totalement en décalage avec son époque. En effet, au XIXe siècle, les petites filles apprennent à jouer du piano et a faire des napperons mais Charity préfère observer les champignons, les moisissures et élever des souris, des canards, des crapauds, etc. De plus, à l’instar de Béatrix Potter, le compagnon préféré de Charity, qui deviendra sa muse (rien que ça) est un charmant lapin du nom de Peter. Elle le dresse, lui apprend des tours et lui tire le portrait en diverses occasions. La présence de ce lapin apporte un intérêt supplémentaire à ce livre qui n’en manque pas.

Parce que Charity Tiddler est un personnage passionnant qui insuffle son intelligence et sa fantaisie au roman. Cette naturaliste en herbe est une enfant curieuse, sensible et solitaire. En grandissant, elle s’affirme en refusant d’entrer dans le moule de la jeune fille modèle de l’époque. Elle mène sa quête d’indépendance avec beaucoup d’humilité et surtout une grande détermination à vivre (de) ses passions. Federico a suivi avec délectation son parcours, de l’enfance à l’âge adulte, au fil de ses découvertes et de ses rencontres.

Parce que les dialogues sont délicieusement percutants. Présentés à la manière d’un texte théâtral, les échanges entre les différents personnages sont livrés dans leur plus simple appareil, à l’exception de quelques didascalies. Cela crée une plus grande connivence avec la narratrice, nous donnant réellement l’impression de voir le monde à travers ses yeux.

Parce que Miss Charity est généreusement illustré, pour le plus grand plaisir des yeux. Le crayon vif et les aquarelles indisciplinées de Philippe Dumas collent parfaitement à la personnalité de l’héroïne. L’illustrateur s’inspire de l’univers de Béatrix Potter sans jamais l’imiter et crée une atmosphère pleine de malice.

Parce que Miss Charity est un roman drôle et touchant, qui a ému notre ami lapin pendant toute sa lecture.

 Miss Charity, Marie-Aude Murail, ill. Philippe Dumas, École des Loisirs, novembre 2008, 562 p., 24,80 €

Publicités

0 Responses to “Miss Charity”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


pause carotte
Pause carotte

%d blogueurs aiment cette page :