04
Mai
11

Eugénia et la bouche de la vérité

roman (dès 12 ans) de Emmanuelle Caron

On peut dire que notre ami lapin aura été de surprise en surprise dans ce roman, dont le titre et la couverture annoncent des aventures assez rocambolesques et novatrices. En effet, avec une telle appellation, on s’attend à une image représentant le personnage principal – valeureux héros – aux prises avec des super méchants dans un décor très mystérieux. Au lieu de ça, on trouve des points qui font loucher et une jeune fille affalée qui regarde fixement son chat. Ca vous éveille la curiosité de n’importe quel lapin un peu aventureux.

Après avoir lu le résumé Federico était sûr de deux choses. Primo, il allait certainement rigoler un peu en lisant ce livre. Secundo, il allait fort probablement tomber dans un univers assez barré.

Et c’est là le point faible de cet excellent roman (évacuons dès maintenant les choses fâcheuses). Le petit monde parallèle dans lequel sont propulsés Eugénia et le lecteur est tellement original et mystérieux que, comme l’héroïne, on a souvent du mal a joindre les deux bouts. Au début, Federico a adoré se faire balader, mais c’était avec l’espoir que sa témérité serait récompensée par des réponses à ses questions. Mais elles n’arrivent pas toutes et on referme le livre avec la vague impression d’avoir raté un épisode, voir d’avoir été laissé sur le bord de la route.

Bien, maintenant que vous êtes bien dégoûtés de la lecture de ce livre, essayons de vous prouver qu’il vaut malgré tout son pesant de carottes râpées. Le sens de la répartie de ce roman est son atout majeur selon notre rongeur. En effet, certaines phrases sortent de nulle part et la plupart des descriptions sont totalement originales. Vous connaissiez, vous, le « look de vautour amoureux » ? Le livre est plein d’inventions de ce genre, et ce n’est pas gratuit. C’est un style d’écriture à part entière qui montre qu’on peut faire ce qu’on veut avec les mots. À condition de savoir s’en servir. C’est le cas d’Emmanuelle Caron qui sert sont étonnant récit avec une écriture pleine de surprises.

Un style débridé, une histoire rocambolesque qui file à cent à l’heure, il ne manque plus que les personnages biens spéciaux et uniques en leur genre pour que la potion aboutisse à un roman assez drôle. En effet, les zygomatiques sont régulièrement sollicitées au cours de cette lecture.

Dernier argument : si comme Federico vous n’avez pas peur de partir dans du grand n’importe quoi, quitte à ne pas tout capter, lisez ce livre. Vous ferez une belle découverte, vous passerez un bon moment et vous vous poserez des tas de questions après !

Emmanuelle Caron, Eugénia et la bouche de la vérité, École des loisirs, Collection Médium, 181 p.

9,50 €

Publicités

0 Responses to “Eugénia et la bouche de la vérité”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


pause carotte
Pause carotte

%d blogueurs aiment cette page :