03
Avr
11

Les hasards sont assassins

Un roman ado de Hubert Ben Kemoun.

L’histoire est d’abord celle de Stanislas de Saint-Avril. Refusé à l’école de police alors qu’il se destinait à devenir prétentieusement un grand commissaire, le jeune homme développe une rancœur sans limite envers ses détraqueurs, puis quiconque aura encore l’affront de se trouver sur son chemin.

En parallèle, c’est aussi l’histoire de Fabrice Concellis, jeune adolescent gâté qui voit son univers s’effondrer lorsqu’il apprend ne pas pouvoir se rendre à la fête organisée par ses amis et où se rendra également la jolie Garance.

Le titre le dit, les hasards sont assassins, leur route vont forcément se croiser, le pire va arriver, mais comment ?! Les héros se refusent tous deux à accepter l’échec, mais le ressentiment peut parfois conduire à l’irréparable…

Federico tremble en tournant les pages de ce thriller haletant,  habilement mis en scène et délicieusement stressant. Ce roman (conseillé à partir de 13 ans) est à la fois violent et sensible, une justesse de ton et d’écriture qui bouleverse d’autant plus la lecture.

Hubert Ben Kemoun, Les Hasards sont assassins, Pocket Jeunesse, 2004, 172 pages, 5,6 €

Publicités

0 Responses to “Les hasards sont assassins”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


pause carotte
Pause carotte

%d blogueurs aiment cette page :