27
Déc
09

Qui a peur du livre numérique ?

Sûrement pas Federico.

En plus d’en être un fervent défenseur, notre lapin fait partie des irréductibles qui savent encore que l’e-book ne tuera pas le livre papier.

Pour ceux qui souhaitent connaître les performances publicitaires et marketing d’Amazon pour la mise en place de son Kindle 2, vous trouverez ici de superbes vidéo soft et aériennes s’adressant aux cadres supérieurs new-yorkais qui prennent le temps de vivre et s’informent sur le monde en buvant des coffee dans des Starbuck in.

Pour ceux qui souhaitent savoir ce que valent réellement ses gadgets technologiques, vous lirez ici les impressions et commentaires d’un écrivain et lecteur américain qui a fait, plein de bonne volonté, l’expérience du Kindle 2.  Pour sa part, Federico a déjà eu l’occasion de tenter une lecture sur une liseuse Sony, datant certes de quelques années et donc obsolète aujourd’hui. Si la technique a toutefois évolué, il effectuerait globalement les mêmes constats que ceux décrits dans l’article.

Après ça, vous n’aurez plus de raison de frémir des moustaches lorsque vous entendrez parler de livre numérique car d’une part, il n’est pas ennemi du livre papier puisqu’il ne pourra pas le remplacer et d’autre part, il est encore trop cher pour se banaliser chez les consommateurs lambda.

Et, pour finir, n’oubliez pas que vous serez autorisés à vous faire du soucis uniquement lorsque vous verrez votre vieille tante télécharger le dernier Yves Viollier avec son Iphone.

Publicités

5 Responses to “Qui a peur du livre numérique ?”


  1. 27 décembre 2009 à 20 h 04 mi

    Mais non, on s’inquiètera quand Mamie téléchargera Jeanine Boissard !

  2. 2 Federico
    27 décembre 2009 à 21 h 06 mi

    Doucement avec Yves Viollier… Il a dédicacé dans une certaine librairie dernièrement !
    Sinon, pour aller dans le sens de cet article que beaucoup parmi les libraires devraient lire, rappelons que malgré l’apparition au siècle dernier de multiples attractions (radio, télé, internet…) le secteur du livre papier se maintient et est celui qui souffre le moins de la crise actuelle. Cette année, les librairies n’ont pas désempli à Noël, preuve qu’un média n’en chasse pas un autre et que les gens aiment la technologie (« ooooh, une machine à café Sxxx !! ») mais ne sont pas de stupides moutons à mémoire de poisson rouge : ils apprécient encore la simplicité des modèles simples (la vieille cafetière à filtre).
    Au lieu de lever les bouclier face à ce nouveau support, posons nous un instant et regardons la situation : nous sommes peut-être à une époque charnière du livre. Nous ne le savons pas encore mais nous vivons peut-être une révolution semblable à celle du codex. Si je me plante, tant mieux pour les livres papiers et les professionnels du livre plan plan. Si j’ai raison, tant mieux aussi car quoi de mieux que ce nouveau défi pour faire du livre papier un objet encore plus indispensable qu’avant. Si les libraires voient le livre numérique comme un danger, soit, mais au lieu de grommeler dans leurs rayons, qu’ils acceptent de jouer le jeu de la concurrence et de se donner les moyen de rester sur le marché.
    Alors vive le numérique qui ne pique pas les yeux et qui permet d’avoir sa bibliothèque partout avec soi ! Vivent les livres qui puent l’encre bon marché, dont les pages se froissent, qui s’impriment de notre lecture et qui finalement sont tellement uniques que même Google ne pourra les anéantir.

    • 3 hgade
      28 décembre 2009 à 10 h 46 mi

      Federico n’a rien contre Yves Viollier. C’est un monsieur qui, en plus d’être très aimable, a su se faire une petite place dans l’édition parigot-parisienne en gardant et revendiquant son âme de ventrachou à sabot.
      Le fait est qu’il est, avec Christian Signol, largement représenté sur les étagères de nos retraitées préférées, à côté du souvenir de Jérusalem et de la photo des petits-enfants.
      Et il n’y a pas de mal à ça.

  3. 28 décembre 2009 à 12 h 15 mi

    Cela me fait plaisir de lire des blogs, autres que vendéens, qui parlent d’Yves Viollier. Je ne suis pas retraitée, j’ai 39 ans et je suis fan de lui. C’est vrai que sa carrière est une prouesse car se faire une place chez les éditeurs très parigots sans vendre son âme au diable c’est épatant.
    Pour en revenir au sujet, je n’aimerai jamais les E books, les téléchargements de livres. Pour la simple raison, c’est que j’ai un contact presque charnel au livre. J’aime le respirer, le toucher, carresser les pages… Admirer la mise en page… Les illustrations… Le livre restera toujours mon support numéro un… Vous n’avez pas pensé à un truc. Les salons du Livre, les dédicaces vous les faites comments sur un Iphone ??? Un sms ??? Cela perd tout son charme. Je préfère présenter un livre pour la dédicace, cela donnera une valeur sentimentale et littéraire. Le plaisir du lecteur n’est pas seulement la lecture mais aussi l’échange avec les auteurs… Imaginez qu’on présente justement un Iphone à Yves Viollier… La dédicace, il la fait comment ???

    • 5 Federico
      1 janvier 2010 à 15 h 41 mi

      Federico n’a pas de liseuse sous la main, ni d’auteur d’ailleurs, mais l’expérience serait drôlement intéressante : se pointer lors d’une dédicace et demander à l’auteur de dédicacer le livre dans son format numérique. Le plus drôle serait d’observer la réaction de l’auteur, mais aussi des personnes présentes (libraires, éditeurs, lecteurs).
      Pour ce qui est de l’Iphone, il suffirait de le dire à Apple et ils créeraient une application pour les dédicaces, entre celle pour cuire son steak et celle qui envoie promener le chien.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


pause carotte
Pause carotte

%d blogueurs aiment cette page :