12
Oct
09

Fascination

Un livre de Stephenie Meyer.

noté 1 sur 4

Federico a beau adorer critiquer les groupies qui se pâment quand Robeeeert déboutonne le haut de sa chemise et sort les canines, il n’est pas très fier de faire l’amalgame avec le livre et d’avoir classé trop rapidement ce dernier dans les romans pour midinettes décérébrées. Alors, histoire de savoir de quoi ça parle en vrai et de comprendre le pourquoi de ces dizaines de millions d’ouvrages vendus dans le monde, Federico a décidé de lire Fascination le premier chapitre de la saga Twilight.

(Avertissement : Federico s’étale sur tout le livre, vraiment tout le livre, alors si vous ne l’avez pas lu, déguerpissez, et plus vite que ça !)

Pour les ermites, résumons quand même l’histoire : Bella, une jeune fille du sud des États-Unis débarque dans une ville où il fait un temps à ne pas mettre un lapin dehors. Elle vient là pour vivre chez son père et s’ennuie ferme, jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance du mystérieux et beau (très beau) Edward Cullen. Lui et sa famille sont très étranges et beaux. Bella va bientôt découvrir qu’il y a anguille sous roche. Et là, c’est le drame. On vous a dit qu’Edward était beau ?

La première réflexion qui lui est venue lors de la lecture fut : » pourquoi j’ai pas lu ce livre avant qu’ils en fasse un film, nom d’une carotte » ? En effet, il est impossible d’échapper au foin généré par l’adaptation cinématographique des livres (à moins d’avoir creusé son terrier en Terre Adélie) et par conséquent, d’ignorer qu’Edward Cullen est un vampire (et qu’il est beau). Or si le suspense lié à cette révélation avait pu être maintenu, Federico aurait peut-être réussi à s’intéresser à la première partie du livre. Cela n’a pas été le cas et la lecture n’en a été que plus laborieuse. Certes, Bella est un personnage assez intéressant dans sa banalité mais son quotidien à Forks a plutôt barbé Federico : une vie ordinaire peut le captiver dans certains livres mais, en l’occurrence, la mayonnaise n’a pas pris.

L’activité cérébrale de notre ami rongeur a repris lorsque Bella et Edward commencent à se rapprocher: leurs échanges verbaux sont assez percutants, c’est qu’ils ont de la répartie ces deux-là ! Peu à peu on en apprend plus sur les vampires comme Edward – par exemple : ils sont beaux – et surtout, la passion entre nos deux amants maudits devient de plus en plus… envahissante. C’est peut-être là la clé du secret : cet amour à la vie à la mort qui fait tant rêver depuis que cro-magnon à inventé la sérénade. Dans le cas de Bella (qui est le narrateur) cet amour frise parfois la folie tant elle est prête à tous les sacrifices pour cet homme qui aura éternellement 17 ans. Et même pour un lapin aussi terrier à terrier que Federico, c’est quand même émouvant.

Quand les vilains vampires débarque, notre ami rongeur s’est dit : « enfin, un peu d’action, ça va me réveiller ! » Mais point de grosse baston entre les différents camps, et pour cause, c’est le moment que la narratrice choisi pour se sentir mal. Bon, tant pis… Quand arrive la fin, le grand amour est remis sur la table avec beaucoup de sentiments et de questions. Bah oui, un vampire, aussi beau soit-il, ça reste un mort qui suce du sang, et ça, dans la vie quotidienne du couple, ça ne doit pas être évident à gérer.

Finalement, Federico est bien content de se coucher moins bête et a en partie élucidé l’énigme de ce succès littéraire, même s’il a été lâché en route.  Il est peut-être passé à côté du truc qui fait tilt chez les autres, mais à ses yeux ce livre ne vaut pas plus qu’une carotte.

fascination

Stephenie Meyer, trad. Luc Rigoureau, Fascination, Hachette, novembre 2005, 512 p.

18 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


pause carotte
Pause carotte

%d blogueurs aiment cette page :